Couleur sépia

Je craignais parfois de te réveiller lorsque je venais m’asseoir dans ce fauteuil à bascule qui grinçait un peu. La chambre séparée par des stores suspendus n’isolait de rien et je me plaisais à t’imaginer, encore endormie dans notre vaste lit, les draps recouvrant à peine les courbes de ton corps. Chaque nuit passée ensemble, le sommeil me fuyait. Je t’observais, belle métamorphose de nos sens. Je comptais les constellations que dessinaient tes grains de beauté, je respirais ton parfum des îles, j’effleurais ta peau ambrée. Mes mains épousaient ton corps, le modelait afin d’y laisser mon empreinte et que la tienne s’imprime à son tour sur mes paumes.
J’écoutais ton cœur, ton souffle lent et ton sourire. Parfois tu esquissais un mouvement, tu cherchais ma chaleur. Je t’enlaçais, tu te perdais en moi et je m’enivrais de toi. Nous parlions rarement mais nos yeux se racontaient les instants goûtés.
Lorsque tu te levais dans la chaleur moite, tu dansais presque dans la grâce de tes mouvements. Je te considérais venir vers moi, mutine, délicieusement impudique et je lâchais mon livre, je savourais notre histoire et notre alcôve ombragée devenait éden.

Laurence Délis ©

couleur sépia

Publicités

6 réflexions sur “Couleur sépia

  1. Je suis un homme , et je m y retrouve parfaitement , et j’aime ca , ton texte il me parle , situations vecues ,les petits plaisirs simple quand on est avec l’etre aimee , un geste un regard, sentir le desir , tout ca fait partie du jeu de la seduction , qui ne s’arrete jamais , je n’ai pas besoin de te dire que je t’aime pour que tu ressentes et vice et versa , difficile d’en parler longuement on est sur un com .

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ces mots. Vraiment. j’écris la plupart de mes histoires d’un point de vue masculin, et le regard d’un homme est d’autant plus important pour savoir si j’arrive à saisir un peu l’émotion, les sensations, les frustrations également que certains peuvent vivre.

      Aimé par 1 personne

      • Tout a a fait vrai ta remarque ,c’est ce que je reproche sur certain blog , meme si je ne le dit pas souvent une fois a Camille Lysiere je crois , c’est que l histoire est raconte du point de vue d’une femme , et immediatement on tombe dans le roman de gare pour femme pleunicherie gnagna et autres betises . La force est avec toi jeune padawan , mais tu n’es pas encore un djedai .

        Aimé par 1 personne

    • Ah, je peux t’assurer que certains hommes s’y retrouvent aussi 🙂
      ça m’intéresserait de savoir comment toi, tu décrirais de tels souvenirs.
      Merci de ton passage par ici aussi. c’est vraiment sympa d’avoir pris le temps et de lire et de commenter.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s