Écrire un second roman : plus difficile qu’il n’y parait, et au terme, une belle surprise

notebook-2635416__340

On peut considérer un premier roman comme un enfant qui apprend à marcher, on peut l’estimer avec bienveillance et indulgence. Pour le second, l’approche est moins aisée, je me suis trouvée encore plus exigeante avec moi-même, plus critique et dans le même temps plus vulnérable. J’ai flotté de longs mois dans l’incertitude, les « à quoi bon poursuivre, ce n’est pas bon, il y a beaucoup trop à revoir » me poursuivaient. Le doute s’infiltrait, s’installait durablement. De là à penser que ce que j’écrivais c’était de la m… il n’y avait qu’un pas, aisément franchissable. J’ai alors mis de côté ce roman, sans me résoudre à le lâcher complètement parce que cette histoire, j’y tenais tout de même, ce personnage m’a accompagné longtemps, il existe dans mes mots, dans ma tête, dans la finalisation de son histoire. Je l’ai donc remisé pendant un long temps. Ce temps je l’ai consacré essentiellement à la peinture et à l’écriture du premier jet d’une nouvelle histoire. Puis je suis revenue vers lui, et avec le  recul j’ai mieux jugé les défauts et pu retravailler à nouveau dessus. Ce temps nécessaire a finalement été bénéfique puisque après plusieurs mois de relectures, de corrections, de doutes et de ténacité, on accorde à ce roman assez d’importance pour une parution en 2018. C’est tout frais, tout nouveau, une surprise à laquelle je ne m’attendais pas, alors voilà, je vous mets dans la confidence, je viens de signer  avec  iPagination Editions qui m’offrent une nouvelle fois leur confiance.

Publicités

15 réflexions sur “Écrire un second roman : plus difficile qu’il n’y parait, et au terme, une belle surprise

  1. Bravo !
    et encore
    Bravo !
    et Félicitations !

    PS : le doute, cet abominable doute, cruel et pourtant nécessaire à la progression de l’écriture.
    L’abandon est chaudement recommandé par les plus grands. Rien ne vaut une cession « tiroir » de quelques mois pour retrouver un texte « neuf ».

    Aimé par 1 personne

      • Je ne crois pas qu’il y ait de réponse raisonnable ou toute faite. Tout comme nos enfants de chair et de sang, il nous faut prendre nos histoires, nos livres, tels qu’ils sont venus au monde. Tels qu’ils sont « sortis » de nous. Puis accepter ce que les uns et les autres sont, et les laisser vivre leur vie de petit d’homme ou de livre.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s