Agenda ironique de mai : des petits votes ludiques !

Voici venu le temps de lire ou relire les textes de l’agenda de Mai, un mois poétique inspiré et organisé par Milena de La plume fragile. Un grand merci pour la richesse de tous vos textes ! Pour rappel, vous avez jusqu’au 31 mai pour lire, voter pour 3 de vos textes préférés et pour élire celui ou celle qui hébergera l’agenda ironique de juin.

Vous pouvez lire dans l’ordre ou le désordre Ma Zone chez Victorhugotte, Le parfum chez Mathurinade, En attendant Gasser et Léogramme chez Épaisseur sans consistance ; Voici le mois de mai chez La licorne , Le temps du muguet chez Prose poétique et petits clics, En direction de la direction du hasard chez Le dessous des mots, On navigue à vue de rêves et J’avance autre part chez Palette d’expressions,Samira et Apollon chez La plume fragile ; Dans les jardins suspendus de l’Alhambra chez Jobougon Sensoriel chez Vérojardine ; Un rire, un rien, un hi-han chez Carnets paresseux ; Mai dire chez Le retour du Flyingbum ; Palette et Plume d’expression fragile chez Patchcath ; Le rose invisible chez Différence propre ; Haïkus en mai et Fleurs et démons chez Anna Coquelicot ; Voici le mois de mai chez Palimpzeste

Bonnes lectures !

Publicités

16 réflexions sur “Agenda ironique de mai : des petits votes ludiques !

  1. Je vote trois fois pour lecanardquifaitcoincoin dans la partie qui concerne les textes et une fois pour llecanardquifaitcoincoin pour animer juin. J’ai déjà pratiquement tout écrit, j’avais envie de commencer par coin-coin mais un espèce de canard barbare m’a dit que ça faisait répétition, alors je vais commencer par coin, c’est plus simple.
    Du coup pour ça fait :
    – Coin !
    – Coin.
    – Coin ?
    – Coin…
    – Coin,
    – Coin-Coin ;
    – S’pèce de Barbare !!!
    De plus, si carnets prend novembre, je veux bien être votée en octobre, comme ça, c’est carnets qui s’occupe de tout.

    Aimé par 5 personnes

    1. Le jeune homme à l’allure étrange remuait son derrière et ses épaules, comme si quelque chose le démangeait dans son habit, ou sous sa chemise, dans son dos.
      « Hum hum  » Il s’éclaircit la voix, et cela parut calmer ses démangeaisons du dos, aussi.
      Puis il avança d’un pas, pour se trouver plus prés du milieu de l’assemblée et sembla se retenir dans son élan, de sorte qu’il parut comme une gargouille , le cou tendu au dessus du vide, de tout son corps tendu, vers un horizon incertain , disruptif … post apocalyptique, romantique comme une écrivaine anglaise. Cela parut lui convenir car à ce moment là, il se rengorgea tel le rouge gorge qui voit la mésange charbonnière entre les griffes du chat.
      Puis, enfin, il parla de cette voix un peu haute, un peu voilée, un peu fausse aussi :
      « forcément si on met pas de limite de longueur ! Mais ça, c’et pas de ma faute ! »

      Qu’il dit.

      Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s