Entre deux mouvements

Ce soir, comme tous les soirs après le travail, Louise a pris l’autobus et s’est assise au fond, à droite. C’est une place qu’elle affectionne. Elle aimerait pouvoir arriver à dormir, récupérer un peu de la journée avant le rush du soir. Mais le bus est bondé. Tant d’existences dans un espace aussi réduit, ça lui donne le tournis. Surtout lorsqu’ils parlent fort au téléphone. Ça la sidère ce manque de discrétion assumé.

Dans le grincement des portes qui s’ouvrent et se referment, les bruits de la ville au dehors résonnent comme une symphonie désaccordée. Les rues défilent aussi vite que les écrans publicitaires en quête de clients. Sans surprise, le culte de la consommation s’affiche partout.

Louise se voudrait au-dessus du monde, en suspension légère ; flotter dans l’air calme.

Elle se trouve entre deux mouvements. Elle pense aux enfants à récupérer à la garderie de l’école, à leurs doigts collants et leurs bises mouillées et puis superviser les leçons mal apprises, supporter leurs cris dans leurs jeux, préparer le dîner, tenir bon devant leurs suppliques enfantines quand ils veulent regarder la TV après 20h. Ne pas oublier de mettre une machine en route. Plier le linge de l’avant-veille qui traine encore dans la panière, faire le lit qu’elle n’a pas eu le temps de faire ce matin. Demander à Vincent de réparer l’aspirateur ce week-end, ne pas s’arrêter sur son sourire fatigué, et l’usure prématurée de son corps malmené par les chantiers.

Louise pense à tout ce qui l’attend à la fin de ce trajet et puis elle ferme les yeux. Ça n’occulte pas le brouhaha incessant mais elle s’en accommode. Elle pourrait même y trouver l’attente délicate, presque monacale. Celle où elle erre sans lien, où elle ne compromet rien. Où l’existence trouve sens dans les plus petites secondes qu’elle vit.

Et puis elle se souvient. Elle se souvient de ce petit miracle renouvelé qui additionne toutes les années passées. Ce petit miracle où, étendus dans le lit, malgré les soucis d’un quotidien qui usent les rêves,Vincent se tourne vers elle et elle vers lui. Trop épuisés pour s’accorder une pause charnelle, emplis d’inquiétudes pour l’avenir. Ce moment bordé de silence où ils s’enlacent et s’endorment blottis dans la chaleur de l’autre.

Les plumes d’Asphodèle chez Emilie. A partir de l’interjection CHUT, douze mots à placer : SILENCE BRUIT DOIGT SYMPHONIE DISCRETION CALME MOUCHARDER MONACAL MIRACLE CULTE CRI COMPROMETTRE. Ai-je besoin de préciser que comme d’habitude j’ai fait l’impasse sur un mot ? 🙂 Les autres textes à lire ICI

Photo ©Travis Huggett via pinterest.

Publicités

25 réflexions sur “Entre deux mouvements

  1. Tu as un talent pour donner vie à ce qui se trame à l’intérieur des êtres, leurs émotions, leurs sentiments. Face a la course folle du monde, il y a l’instant, de paix, qui nous transporte loin de ce monde et nous donne l’énergie dont nous avons besoin pour y faire face.
    Très joli Laurence. merci

    Aimé par 1 personne

  2. Hello Laurence Délis
    Encore un délice comme tu sais si bien l’écrire 😉
    Il suffit d’un rien pour redonner du courage, de la joie, et de la paix au coeur.
    Qui n’a pas connu ces moments quand on est une Maman qui travaille…
    Et toutes ces réflexions intérieures, dans l’observation silencieuse des « gens », sont souvent un rempart à toutes ces « agressions » du quotidien…
    J’ai beaucoup aimé ton cheminement qui a été longtemps le mien 😉
    Belle semaine et gros bisous

    Aimé par 1 personne

  3. Il y a beaucoup de choses dans ce texte. Il y a la bise des enfants, ça donne de l’énergie ça, il y a la nuit passée dans les bras de son homme qui permet de recharger les piles.

    Éreintée, la publicité d’un monde fou désespère. Toutes ces réclames de biens et de services qu’on ne peut se payer gruge le peu force qu’il nous reste. Plutôt que de vendre du rêve on tue les rêves.

    Du coup, j’imaginais toutes les Louise qui n’ont ni les bras réconfortants de leur homme, ni les bisous des enfants. Il faut alors trouver de la force ailleurs.

    Aimé par 1 personne

    1. Il y a effectivement tout ça dans ce texte et beaucoup d’autres choses que j’aurais pu dire tant il y a dire. Et dire encore pour tous ceux qui sont seuls, combien c’est un peu plus difficile chaque jour…

      Merci pour la pertinence de votre regard, GL.

      J'aime

  4. On a envie de dire à ce couple de fuir cette vie qui ne leur apporte aucun sourire, aucune surprise, vide de sens et d’espoir, de fuir les métros et le hlm bruyant et de partir plus loin, là où il y a des arbres et du silence. Et puis soudain on se rend compte qu’ils sont riches d’être deux et on se tait, avec respect…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s