Jusqu’à envahir les rues

Jusqu’à envahir les rues

Je déplore (déjà) l’air gorgé de silence

mais je bois ta présence

et la fragilité se plait à élargir la résistance

6 réflexions sur “Jusqu’à envahir les rues

  1. Bois, résistes et le silence, il deviendra encore plus précieux à ceux qui savent l’apprécier.
    Pour moi, qui n’ai pas souffert de cette parenthèse, je remercie la vie de me l’avoir offerte. Peut-être, est-ce maintenant que la fragilité va m’accompagner alors que la présence est encore une histoire de distance.
    Plein de bonnes choses à toi Laurence pour ces temps à venir.
    Bises

    J'aime

    1. Résister, oui et persévérer à croire à des lendemains meilleurs, même (et surtout) quand je ne comprends pas le monde dans lequel on vit…
      Merci de tes mots Val. Je ne doute pas un instant que toi, tu sortes enrichie de cette parenthèse.
      Bises à toi aussi.

      J'aime

  2. En regardant ce tableau, j’ai la sensation que ton esprit a quitté ton corps et que tu as une vision de notre Terre comme si tu te trouvait au-dessus d’elle.
    Les nuages ont remplacé les gens qui déambulent d’habitude dans les rues mais, gardons espoir car bientôt l’air sera peuplé de sons et non plus de silences assourdissants.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s