Voyage XVI

Le voyage est un songe dont l’éblouissement est inoubliable.

Victor Hugo

Peinture acrylique sur carton, encres couleur, marqueurs

Format 29 x 39 cm

Du sable encore dans les cheveux

sur l’étal de l’azur je reprendrais bien un peu

ce matin de ce fuselage du rêve cet astre convulsif

et farouche

élevé sur les paniques de nos vies et qui finit

en bouche

comme un élixir d’écailles pour nos mots liquides

dont on voit luire la peau à l’horizon

Barbara Auzou.

12 réflexions sur “Voyage XVI

  1. Oh !
    C’est un ventre matriciel,
    Ou peut-être,
    Les couleurs du parfum du temps,
    Ou peut-être,
    Une pensée douce qui vogue vers un possible
    Ou peut-être,
    Un matin de printemps,
    L’écume d’un océan de larmes,
    Ou serait-ce
    La mer en été ?

    Magnifique Laurence, magnifique
    Belle journée
    Corinne

    J'aime

  2. Envie de t’offrir ce poème là, Laurence

    Du sable encore dans les cheveux

    sur l’étal de l’azur je reprendrais bien un peu

    ce matin de ce fuselage du rêve cet astre convulsif

    et farouche

    élevé sur les paniques de nos vies et qui finit

    en bouche

    comme un élixir d’écailles pour nos mots liquides

    dont on voit luire la peau à l’horizon

    Barbara Auzou.

    Aimé par 4 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s