A l’étendue de l’horizon

alors que la terre tremble de notre manque de sagesse
je regarde l’océan brasser le désordre des hommes
les vagues charrier les souillures de notre décadence
et dans l’égoïsme des cœurs endormis
l’absence de toute logique à vivre

combien de siècles faudra-t-il encore pour apprendre à se tenir debout
jusqu’où ira-t-on dans l’ivresse éphémère des marchands de l’inutile
insister l’idée du monde heureux pendant que pleurent les arbres et les peuples oubliés
à l’étendue de l’horizon
ne lâche pas ma main,
je repousserai toute peine pour puiser de chaque vibration franche
le désir et l’espérance des jours paisibles

17 réflexions sur “A l’étendue de l’horizon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s