Travail en cours (détails)

En ce moment le quotidien est dense aussi ai-je un peu moins de temps à consacrer à la peinture. Pourtant lorsque je peins le peu est grand. D’une amplitude qui me nourrit durablement. Je mesure ma chance à chaque trait déposé sur la toile. J’oublie le métier précaire, les ventes quasi inexistantes, le pourquoi, le comment, toutes ces remises en question qui me bousculent régulièrement. Le monde de l’art est inconstant et fragile mais tant que l’art dans le monde ne cesse d’être, de transmettre, d’émouvoir il demeure invulnérable.

Pour mieux visualiser les détails cliquer dessus

Le tableau sur lequel je travaille est une ancienne toile où la peinture en relief et les collages de papier sont importants. Chaque nouveau trait que je trace est dévié à un moment ou l’autre par les formes déjà existantes. Néanmoins, je persiste à ne pas en tenir compte afin de mettre en évidence l’inspiration du moment. Il n’en demeure pas moins que l’ancien tableau enrichie le nouveau. A suivre…

Voyage XXV

Voyage XXV accompagné du regard et de la poésie de Barbara Auzou. Merci infiniment Barbara.

Peinture acrylique, encres couleur sur papier

Format 34.5 x 50 cm

par le trou central des légendes

dans le non-lieu des heures

quand les choses s’émeuvent 

toutes seules et tremblent

sur leur lisière d’or chaud

on regarde monter l’eau tendre

dans le gros oeuvre des vagues

les îles accroupies sur leur miel

roux qu’elles protègent de leur mieux

contre le noyau dur de la lumière

et l’aléa des deltas

une onde bleue de sel

entre lassitude et fulgurance

bientôt viendra caresser l’éternelle

coupole de l’azur

et les pudeurs d’abîme et d’imprudence

qui nous irriguent

Barbara Auzou.

Du narcissisme

Du narcissisme par La plume fragile où quand un de mes tableaux s’en va vers son nouvel habitat et s’invite aux creux des mots.
Merci à toi Milena !

La plume fragile

Miroir miroir
en de menus détails
grandeur se décompose
devant l’œil turquoise

Expression du Moi – j’ose.

Dentelle de mer osmose
Le bleu du ciel se terre
Sous l’intime barrière
De corail et de mots
Coulée de couleurs en symbiose
Fronces d’écumes narquoises

Miroir miroir
exquise blancheur vitrail
me renvoie ce visage
sensible au bleu d’émoi

Gestes en apothéose.

f.

Illustrations : La Spontanéité d’une pause, de Laurence Délis, récente acquisition dans laquelle mon regard se perd, se noie et revient à lui. Merci, Laurence !

Voir l’article original

Voyage XXIV

Quand le partage est source d’accomplissement : Voyage XXIV accompagné de la poésie de Barbara Auzou.

Merci Barbara. Infiniment

Acrylique, encres couleur, pastels huile sur papier

Format 30 x 40 cm

Toi qui sais que toute dentelle

se déchire

tu ravaudes les liserons du ciel

pour épouser les déclivités

du soleil

pour retrouver la grâce de rêver

et rentrer chez toi 

avec quelques cailloux en poche

l’eau ruse en ses flots

et l’étendue s’accroche

la terre consent 

puisque le bleu lui sied

à un lien d’échanges

encore embroussaillé

d’oiseaux

entre l’ombre et l’orée

que le vent chavire

tu guettes l’amorce d’un visage

tremblant au contact

d’une trop brusque fraîcheur

Barbara Auzou.