Petites graines de bonheur -5

Cet été, dans Les Landes, j’ai délaissé pour un temps les galets pour les coquillages ramassés sur la plage et les petites graines de bonheur se sont fait couleur locale. Ainsi lors de balades en forêt ou près des dunes, quelques-unes d’entre elles ont été semées… et rapidement trouvées 🙂

Photos : Amaël

Petites graines de bonheur – 4

Avec la complicité de mes aînés les petites graines de bonheur voyagent hors de la région Occitanie.

Et puis au cours de l’été de nouvelles graines voyageront vers d’autres lieux.

A suivre.

Mont Valérien, Paris ouest.

Parc des Landes, Suresnes

Quai de l’avenue de New-York, Paris

Meaux (77)- Rue piétonne du centre-ville

Meaux – Cathédrale

Petites graines de bonheur – 3

Ce n’est pas parce que je n’en parle pas que les petites graines de bonheur ne sont pas semées un peu partout au gré de mes balades. Au fil des semaines, en forêt ou sur les bords de Garonne ou de l’Ariège, les graines continuent à se mêler à la nature. Des quelques retours que j’en ai eu, les personnes qui en trouvent une apprécient le geste. Par ailleurs, j’ai envie d’étendre ce projet à d’autres régions. Ne manque plus qu’à solliciter mes enfants 🙂

Le murmure du monde

Têtes de femmes douces comme une écume
L’eau les traverse comme les cailloux trop clairs
Il faut si peu de leur ombre pour couvrir la terre
Et pourtant tous leurs silences

Barbara Auzou

***

D’y sentir l’âme comme l’oiseau
et le temps qui défile –
de rubans en rivières
coulent de tendres émois.

Caroline Dufour

Acrylique sur papier, marqueurs

Format 50 x 65 cm

Petites graines de bonheur (suite)

Les petites graines de bonheur reviennent avec une nouvelle série. Et qui dit nouvelle série, dit nouveaux lieux. C’est le premier dimanche de ce second confinement, il fait presque chaud sous le soleil de novembre. Lucile et Lïam m’accompagnent. Je passe par la route en direction du centre ville pour rejoindre la Garonne. Le début de la ballade n’a d’autre intérêt que celui d’atteindre le fleuve. Pourtant au fil de mes pas, il me parait évident que les galets ont leur place partout où on ne les attend pas. Poteaux électriques ou bien le trottoir devant le collège deviennent des endroits propices où en déposer.

Le rocher marque le début du sentier qui descend vers le fleuve. J’y place un galet comme une invite à en découvrir d’autres. Pourtant si tous les endroits où je dépose les suivants me semblent couler de source, ce n’est pas forcément le cas pour les promeneurs que je croise… qui ne les voient pas. Alors que je cherche où placer les derniers galets, un curieux s’approche de l’un d’eux mais n’ose pas le prendre. Quoique éloignés, je suppose que notre présence (Lucile photographie et Lïam cherche avec moi des emplacements) y est pour beaucoup.

Effectivement, alors que nous sommes sur le retour, nous remarquons que certains galets ont déjà disparus… et ça se poursuit le lendemain quand en rentrant du collège, Lïam, un grand sourire lui mangeant le visage, me dit que ceux déposés sur les poteaux électriques ont été trouvés.

J’ai au moins fait un heureux 🙂

Photos : Lucile Duneau-Délis

Abysse

La naissance d’un tableau tient parfois à peu de choses. Une phrase, une musique, un thème, une couleur, une ligne, une forme sur lesquels je porte mon attention à un moment donné. Pour cette oeuvre, c’est en visitant le joli blog de Malyloup Observer la Vie que l’envie de peindre a été stimulée. Il était question d’une chenille aux couleurs surprenantes que vous pouvez découvrir ICI. Lorsque j’ai posé les premières lignes sur ma feuille, plusieurs jours avaient passé et j’en gardais une représentation vague mais toutefois présente à l’esprit – je ne cherchais pas à représenter la chenille mais à saisir sa forme, les teintes, les contrastes. Les premiers traits posés, j’ai laissé l’inspiration faire le reste et curieusement j’ai plongé dans les abysses.

Peinture acrylique sur papier, encres couleur, Posca

Format 32.5 x 40

Pour mieux voir les détails, cliquer sur les images