Quand la Lune trouble la Terre

Quand la Lune trouble la Terre,

Les marées s’étirent

Jusqu’à l’horizon

Où la lumière

Cillent les flots d’argent

On est alors au début du monde,

En bordure de jour et de la nuit,

Là où sans bruit, sans heurt

Une petite perle d’éternité

Glisse sur le temps

C’est avant l’obscurité, quand en retour la Terre chuchote :

« De deux choses lune, l’autre c’est le soleil ».

Et tout l’univers d’approuver bien sûr

Et les hommes – microscopiques ‒, un jour peut-être, la conscience éveillée,

Cesseront enfin de se mirer dans les simulacres

Pour apprécier le manifeste renouvelé.

En juillet l’agenda ironique prend ses quartiers chez Louise Mathurinades et coquecigrues. On y parle de la lune comme on veut avec pour seule contrainte d’insérer une expression française comportant le mot lune. J’ai un peu biaisé avec l’expression française pour une citation de Jacques Prévert piochée dans « Le paysage changeur » Paroles (1946)

Les autres textes lunaires à découvrir ICI

Crédit photo : Pinterest

Publicités

La ‘zique de l’été

« Approchez, approchez mesdames et messieurs car aujourd’hui grande vente aux enchères ! Dans quelques instants de jeunes apprentis saltimbanques vont vous présenter des mots ! Un mot pour tous, tous pour un mot ! Des gros mots, pour les grossistes, des mots de tête, pour les charlatans, des jeux de mots pour les artistes, des mots d’amour pour les amants. » (La rue kétanou)

Moi, j’ai pas beaucoup de mots pour dire,

Mais bien assez pour parler ‘zique

Ça oui, je peux le dire,

Je peux même vous l’raconter

J’habite au croisement de deux rues

Et chaque année ça me tombe dessus.

Y a pas à dire,

De la nuit la plus courte

Même la fenêtre fermée

Elle devient la plus longue.

C’est dans l’air,

Dans le mouvement des têtes,

Un petit air de fête qui prend des allures de guinguette, de musette,

de fanfare, ou de nouba.

Faut pas croire, j’aime bien ça.

Ecouter une mélodie, un couplet entrainant, une rengaine obsédante.

Mais j’crois pas au mélange des genres, non vraiment pas.

Là, sous ma fenêtre, côté rue de la source

C’est percussions, cordes et cuivres

Ça joue des airs tantôt latino, tantôt techno

Et côté rue de la course,

Au rythme des chants guerriers ou lyriques

Ça joue rhapsodie, opérette, orphéon et litanie.

Moi je vous dis,

Musique de chambre et musique de rue

En confusion et cacophonie,

C’est l’improbable qui se mêle à l’impossible.

Alors je vous l’dis comme je le vis

Moi qui rêve d’un air qui berce pour m’endormir

Me voilà jusqu’au bout de la nuit

A battre la mesure

Des chœurs murmurés à ceux criés

La musique du premier jour de l’été.

Pour l’agenda ironique de juin, chez Vérojardine TOUTES LES FOLIES ET DERISIONS SONT BIENVENUES, MAIS… votre texte fera suite au début de la chanson « les mots » de la rue Kétanou

Peintures : Marc Chagall

Agenda ironique, les résultats de mai.

19 textes riches, variés, inspirants, inspirés, auront été écrits pour cet agenda de mai. Un grand merci à Milena de La plume fragile pour le thème proposé et la gestion de l’agenda.

Les textes les plus plébiscités ce mois-ci : Fleurs et démons, On navigue à vue de rêves et Ma zone. Bravo donc à AnnaCoquelicot et Victorhugotte et merci à ceux qui ont également apprécié mon texte.

Enfin, pour héberger l’agenda de juin, c’est Vérojardine de Poésie de nature qui a été désignée.

Merci à tous les auteurs, les lecteurs, les votants qui participent à faire vivre cet agenda et un spécial remerciement à ceux qui le pimentent avec humour dans leurs commentaires. 🙂