Voyage XXVI

Voyage XXVI accompagné du regard poétique de Barbara Auzou.

Merci Barbara. Infiniment.

Acrylique sur papier, encres couleur

Format 30 x 40 cm

quand l’aube secoue ses poches

nos corps se hâtent doucement

et dans une maladresse ancienne

pour retrouver ce qui nous fut très proche

et bat encore au poignet

était-ce le bord d’une île 

où s’allumait une lampe idéale?

était-ce la traîne recluse de vieux astres?

d’eaux en eaux on lance nos mains d’écluses

on travaille à nos crochets d’écumes

on oublie le vase la vasque et la carapace

renversée sur son ombre

qui doutait d’un possible filon d’or

l’émail en fusion sur la gorge des vents

on revient ausculter longtemps

les secrets de la terre et ceux de l’âge

le bleu tendre d’une plainte lointaine

s’étire au large de l’enfant sentimentale

venue le ciel sur le dos donner

son âme à la mer

Barbara Auzou.

Voyage XXV

Voyage XXV accompagné du regard et de la poésie de Barbara Auzou. Merci infiniment Barbara.

Peinture acrylique, encres couleur sur papier

Format 34.5 x 50 cm

par le trou central des légendes

dans le non-lieu des heures

quand les choses s’émeuvent 

toutes seules et tremblent

sur leur lisière d’or chaud

on regarde monter l’eau tendre

dans le gros oeuvre des vagues

les îles accroupies sur leur miel

roux qu’elles protègent de leur mieux

contre le noyau dur de la lumière

et l’aléa des deltas

une onde bleue de sel

entre lassitude et fulgurance

bientôt viendra caresser l’éternelle

coupole de l’azur

et les pudeurs d’abîme et d’imprudence

qui nous irriguent

Barbara Auzou.