Travail en cours (détails) 3

Le tableau poursuit sa route tout en douceur. Les derniers détails travaillés et le choix des prises de vue offrent l’opportunité de regarder les détails comme des tableaux en soit. Et parfois cela me satisfait plus que voir le tableau dans son entièreté.

Pour mieux voir les détails n’hésitez pas à cliquer sur les photos.

Travail en cours (détails) 2

Le tableau avance, mais plus lentement que prévu. Le format (50 x 70 cm) y est pour beaucoup. Ainsi que la nuit qui tombe vite et qui rend le travail difficile avec la lumière artificielle. J’espérais mettre moins d’une semaine pour le réaliser – je l’ai commencé vendredi dernier – mais de toute évidence il me faudra plus de temps.

Travail en cours (détails)

Au cours de l’été, l’occasion de peindre s’est faite par petites touches. Ce furent des échappées souvent interrompues, des instants dans l’instant, loin de toutes réflexions. J’ai peint sans savoir vers quoi j’allais, libre dans l’expression de la couleur et du geste. Loin de l’ordinateur et des réseaux sociaux. J’ai enfin pris le temps de travailler sérieusement mon projet de livre d’art. J’ai réalisé que mener celui-ci seule, à l’écoute de conseils judicieux était ce qui me convenait le mieux. Baignée par les paysages qui m’entouraient et la vie fourmillante et aimante qui m’accompagnaient. A ma place en somme.

Travail en cours

Il est rare que je pense à photographier le premier jet d’un tableau. Pourtant celui-ci correspond à une résonance particulière qui va au delà du geste de se saisir du pinceau et de laisser parler la couleur. C’est un temps unique, relativement court. Un moment privilégié, primaire et sans autre limite que celle imposée par le format. S’y mêle un sentiment d’euphorie et de gratitude. L’expression d’une forme de liberté qui définit la suite de mon travail.

L’évolution de ce premier jet est généralement lié aux lignes et aux courbes que je trace à partir de ce que je perçois sur la toile peinte. De ces tracés naissent d’autres formes, réhaussées à l’encre. C’est un travail un peu moins instinctif, parfois insatisfaisant, qui me demande davantage de recul et me pousse à repeindre certaines parties. Pour autant, le tableau nait de l’écoute dans laquelle je me trouve au moment où je peins. Et bien sûr, la musique. La musique qui m’accompagne toujours et m’inspire une multitude d’univers.