Ce qui nous lie (le tableau)

La naissance de ce tableau est lié au récit qui porte le même titre. Après l’écriture du texte il m’a paru évident de poursuivre le travail sur toile. Quatre jours durant, l’espace et le temps ont été porteurs de mots, de couleurs et de ce lien qui me lie à mes frères et sœurs. Quand rien n’est défini à l’avance le processus de création est toujours particulier. Je ne sais pas où je vais, mais j’y vais. Là, en l’occurrence, je suis dans cette écoute particulière qui tend vers l’essentiel : je me nourris de la formidable énergie créative. Résonnent encore les mots jetés sur le papier, auxquels s’ajoute la musique qui tourne dans le salon. ça stimule l’imaginaire. Quatre jours essentiels tournés vers la création. La pièce à vivre devient atelier, les doigts teints de bleus, l’âme relié à ceux qui, où qu’ils soient aujourd’hui, restent présents. Ce fut un temps particulier, où chaque instant avait sa place.

Et au bout de ces heures, un tableau qui, quelque soit son sens, à un sens.

Acrylique sur toile, papiers, feutres.

Format 60 x 80

Publicités

Bleu lumière

Bleu lumière, bleu dans le souffle du vent, bleu dans l’instant pour vous souhaitez une belle année 2019

Peinture acrylique, collage papier, feutre Posca

Format 40 x 50

La danse de Sasha

La danse de Sasha 6

Peinture acrylique sur papier, collage

Emmanuel avait deux passions dans la vie. La peinture et les femmes. Il avait débuté l’une et l’autre quasiment en même temps alors qu’il venait de souffler ses douze bougies. Ce jour-là, il avait reçu en cadeau un coffret contenant tubes de peintures, brosses et châssis à peindre. Il était resté longtemps subjugué devant la toile immaculée avant d’y passer la paume de sa main en une caresse possessive et avait imaginé les mondes colorés qu’il pourrait y peindre. Ce même jour, de nouveaux voisins aménageaient dans la maison face à la sienne. La fenêtre ouverte de la chambre de Marie — seize ans, le corps nu aux seins fermes comme des pommes et aux fesses rondes comme la lune —, attirèrent le regard d’Emmanuel. Dans la lumière déclinante du jour, les lignes, les courbes et les creux qu’il aperçut lui offrirent son premier souvenir fiévreux. Dès lors, chaque jour, il détailla dans son carnet de croquis chaque fille que ses yeux croisaient. Au fil du temps, sa contemplation timide prit de l’assurance et devint généreuse dans le mouvement des lignes qu’il retranscrivait ensuite sur sa toile. Entre le peintre et la toile la complicité était infinie. Les rondeurs et arrondis des corps prenaient des largesses libertaires et les espaces se métamorphosaient sous le pinceau. Emmanuel travaillait avec ferveur les couleurs et les formes, chaque femme esquissée était un monde nouveau à découvrir. Sa main se posait sur le modèle vivant avec la même possessivité que celle qu’il passait sur la toile avant d’ébaucher le premier trait. Sa palette accueillait une multitude de couleurs, des mélanges audacieux naissaient comme autant de transpositions heureuses. Rien, ni personne n’altéraient les moments passionnés qu’il éprouvait à révéler sur la toile les passions qui l’habitaient. Les femmes qui passaient dans sa vie — semblables à des éphémères — étaient aussi différentes les unes que les autres, des opposés qui justifiaient la variation de son engouement gourmand à croquer chacune d’elle.

Jusqu’à ce jour de pluie d’été, où sous la grisaille d’un ciel grincheux Emmanuel croisa Sasha. Sur le parvis du centre ville, une troupe de danseurs présentait son numéro. Mais il ne vit qu’elle qui dansait. Et ce qu’il vit d’elle en premier fut sa chevelure déliée qui flottait dans le vent, une chevelure teinte en bleue. D’un bleu comme il n’en avait encore  jamais peint. Vinrent ensuite les yeux incroyablement lumineux, d’un bleu similaire, qui attirèrent son attention, puis son sourire mutin, et les ongles des mains enduits du même coloris. Fébrile, il posa son regard sur les orteils que les pieds nus dévoilaient. Des touches de bleues y figuraient également. Tout à coup le cœur chamboulé par l’attraction de l’apparition, l’univers du peintre se parait d’une couleur unique dont la variation offrait une nouvelle palette inexploitée.

Il se prit à imaginer effeuiller la belle céruléenne pour découvrir ce que cachait ses dessous. Il fit davantage. Il l’invita à partager sa vie et le sourire de Sasha  lui dit oui et dans son désir d’elle les doigts d’Emmanuel constellés de peinture tremblaient un peu. Elle dit oui, et de ce oui découla le reste de la vie d’Emmanuel. Sasha devint l’unique femme qu’il peignit tout le long de son existence, comme une évidence à mettre en synergie corps et couleur, la nuance de son adoration.

 

Pour  A vos claviers#3 L’atelier sous les feuilles propose en janvier un défi de sept mots à insérer dans un texte : Dessous-Palette-Carnets-Bleu-Marie-Emmanuel-Sasha. Merci à Estelle pour le plaisir de jouer avec les mots 🙂 et un merci particulier à Henri Matisse pour l’inspiration de l’illustration