Travail en cours (détails)

Au cours de l’été, l’occasion de peindre s’est faite par petites touches. Ce furent des échappées souvent interrompues, des instants dans l’instant, loin de toutes réflexions. J’ai peint sans savoir vers quoi j’allais, libre dans l’expression de la couleur et du geste. Loin de l’ordinateur et des réseaux sociaux. J’ai enfin pris le temps de travailler sérieusement mon projet de livre d’art. J’ai réalisé que mener celui-ci seule, à l’écoute de conseils judicieux était ce qui me convenait le mieux. Baignée par les paysages qui m’entouraient et la vie fourmillante et aimante qui m’accompagnaient. A ma place en somme.

L’Arbre XIX

Acrylique, encres couleur sur papier

Format 50 x 70 cm

Des strates serties de terre
nos âmes en appui d’arbres
s’accordent au trajet des racines 
s’enlacent comme on engendre le monde
et frappées d’eurythmie
d’ardeur et de persévérance
de sève et de sang
s’abandonnent à la lumière 

L’arbre de Cyann

acrylique, encres couleur, crayons couleur sur papier

30 x 30 cm

Pour Cyann, ma petite-fille née prématurément le 18 mai dernier. Lorsque j’ai commencé à peindre ce tableau j’ignorais qu’il s’agissait d’une fille et ne savais pas encore son prénom. Pourtant il m’a paru évident que le bleu dominerait le fond du tableau. De la mer vers le ciel, l’arbre ancré sur notre Terre pour accueillir ce petit bout de 1,215 kg au prénom évocateur.

Le chant de la Terre IX

Acrylique, encres couleur sur toile

80 x 80 cm

Il y a longtemps que je n’avais pas travaillé un si grand format et le fait de peindre à plat et non sur chevalet m’a demandé un recul que je n’avais pas anticipé. Aussi, le temps consacré à cette toile a été long. J’ai pensé à la façon dont je conçois l’écriture. Ce premier jet de mots lâchés sur l’ordinateur (rarement sur le papier) sur lequel je passe ensuite de longs moments pour donner forme au texte. Chercher un mot, une phrase, le sens le plus juste à ce que je souhaite exprimer. Je traverse la même fragilité avec certains de mes tableaux, les mêmes hésitations face au choix d’une couleur, d’une forme. La mouvance d’une oeuvre est à l’image de l’existence, elle fluctue selon les états dans lesquels on se trouve. Aussi, quand bien même je ne doute plus de ma légitimité à créer, il persiste un moment de flottement avant d’oser dévoiler le travail sur lequel j’ai passé tant d’heures. Et puis ensuite tout cela n’a plus d’importance. Le tableau existe. Il est ce qu’il est. Et ce qu’il est, est bien.

Galerie peinture Le chant de la Terre à voir ICI

Petites graines de bonheur – 7

De janvier à mars les petites graines de bonheur ont été déposées au gré de voyages professionnels, de balades ou proche des lieux de travail. Je remercie Mélanie pour s’être prêtée au jeu et avoir semée des graines à Moscou. Il est difficile de se dire qu’un mois plus tard la Russie entrait en guerre contre l’Ukraine. En la circonstance, ces petites graines déposées prennent réellement sens et renforcent la poursuivre de cette démarche.

Je remercie également Rémi pour celles semées à Abu Dhabi. Pour la petite graine de bonheur déposée au Louvre de Abu Dhabi, Rémi a jugé préférable de la cacher afin qu’elle ne soit pas jetée car les Emiratis et le ménage ça ne rigole pas. (à voir dans l’interstice sur la première photo du Louvre). Souhaitons que celui ou celle qui la découvrira la gardera.

Et puis une nouvelle fois merci à Aloïs, Pierre et Amaël pour leur implication enthousiaste qui me permet de poursuivre cette aventure au-delà de mes espérances.