Triptyque à quatre mains

Pour son anniversaire, ma fille aînée, Aloïs, avait émis le souhait d’avoir sur un mur de chez elle, des petits tableaux qu’elle pourrait changer de sens à loisir. J’ai beaucoup de mal à réaliser des « commandes », c’est un travail qui m’apporte rarement satisfaction et d’ailleurs je n’en fais plus depuis des années. J’ai alors eu l’idée de proposer à ma fille cadette, Lucile, une réalisation à quatre mains (un tableau chacune + celui en commun). Autant les tableaux personnels ont été vite travaillés, autant celui à quatre mains a demandé plusieurs ajustements, notamment au sujet de la couleur. Au départ, il avait été décidé que Lucile peindrait le dernier tableau et que l’on interviendrait toutes les deux sur le graphisme. Mais l’ensemble manquait de lumière et après réflexion, j’ai eu besoin d’y poser « mes couleurs » avant d’y peindre mes graphismes.

Bien sûr, à peine terminé, j’avais déjà en tête de réaliser pour ce triptyque une proposition différente. Faute de temps, on s’en est tenu à celle-ci, mais je garde l’idée pour un futur projet. L’essentiel au fond, c’est que le cadeau ait plu à Aloïs.

A noter que même minime, (et parfois difficile à percevoir) chaque tableau à une correspondance avec les autres. Une ligne, une courbe, des points, un rappel de couleur… Ils peuvent être tournés dans n’importe quel sens, le lien reste présent.

Pour mieux visualiser les détails vous pouvez cliquer sur chaque tableau

Triptyque 20 x 20

Peinture acrylique, collage papier, encres de couleur, feutres

Voyage VI

« Le voyage est une espèce de porte par où l’on sort de la réalité comme pour pénétrer dans une réalité inexplorée qui semble un rêve. » Guy de Maupassant

Format 20 x 20

Acrylique, feutres Posca

Travail en cours (détails)

Alors que son ébauche avait bien avancé, il m’aura fallu ce premier mois de confinement pour retrouver la dynamique perdue vis à vis de ce tableau. Ce temps a défini le devenir de celui-ci et au fil des détails qui prennent formes, des couleurs qui émergent sur celles déjà posées, je deviens la toile, les formes, les couleurs. Je retrouve enfin ma place.

A suivre

Il était plus simple de frôler le monde, de glisser tout contre…

Peinture acrylique, peinture relief, collage papier, encres couleur,feutres Posca

Format 50 x 50

Avec le confinement d’une partie de la famille à la maison il est difficile de peindre comme je veux, alors j’ai cherché parmi mes anciens tableaux ceux qui pouvaient avoir une seconde vie et j’en ai trouvé quelques uns qui méritent aujourd’hui que je m’y attarde à nouveau. Pour celui-ci, j’ai retravaillé le fond avec des encres de couleur avant de laisser l’inspiration occuper la toile. Les heures passées dessus ont souvent été entrecoupées par l’interaction avec ceux qui m’entourent. Alors, je m’adapte. Tant que je peux continuer à créer, peu m’importe le tumulte ordinaire du quotidien, après tout il fait aussi partie de ma vie depuis un grand nombre d’années et en devient même extraordinaire par ces temps troublés. On mesure notre chance d’être ensemble.

Le chant de la Terre – Voyage V- (deux tableaux en cours)

En ce moment je travaille simultanément sur deux tableaux. Le chant de la Terre et Voyage V, deux univers différents, deux manières de peindre, deux façons de traduire tout ce que j’entends et perçois de notre Terre. Je pense à la vie. Fourmillante, intense, généreuse. Je respire. J’oublie la toile.

Les couleurs, le mouvement, la pression du pinceau, le geste précis du trait, sont autant de tableaux à l’intérieur du tableau. Vivants.

Un plongeon dans le tourbillon de la création.

Le chant de la Terre (détails)

Voyage V (détails)

Voyage IV

« Le vrai domicile de l’homme n’est pas une maison mais la route, et la vie elle-même est un voyage à faire à pied » Bruce Chartwin

Peinture acrylique,encre couleur, feutres aquarelle, Posca.

Format 40 x 50

Selon le sens donné au tableau, le voyage prend une autre forme

Hiver (travail en cours)

Hiver ou la dernière saison que j’aborde dans cette série des saisons est un peu à l’image de ces mois hivernaux. La nature en sommeil prend son temps, tout comme moi pour finaliser ce tableau. J’ai regardé la lumière, les couleurs qui tantôt palissent et tantôt réhaussent le jour. C’est une saison aux contrastes surprenants dans lesquels je lis une infinité de mondes à l’intérieur du monde. Une saison, ici, à la beauté discrète mais je l’imagine sans limites. Nul doute qu’elle va m’inspirer d’autres toiles.

Pour mieux voir les détails cliquez dessus

Voyage III

« ​Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux » M.Proust

Peinture acrylique, feutres, stylo

format 30 x 40

Détails du tableau

Automne

La réalisation de ce tableau a suscité beaucoup de questionnements de ma part. Passer d’un format très petit comme les 10×10 travaillés précédemment à un format 50×100 a été à la fois libérateur et perturbateur. Si, au moment où je peins, des évidences voient le jour dans les couleurs placées à tel endroit ou dans les traits que je donne aux formes qui se dessinent, il y a quelquefois au fil des lignes que je trace, des hésitations ; cette idée de peu ou de trop qui me demande du recul et des pauses pour mieux saisir quand poursuivre ou quand m’arrêter. Cette assonance est fragile, à l’image de nos vies en mouvement, c’est une écoute particulière afin de trouver le bon équilibre entre ce que je tente d’exprimer sur la toile et ce que je suis. J’ai beaucoup pensé à l’écriture, à cet équilibre des mots auquel j’attache une grande importance et qui nécessite en permanence de la constance et une nouvelle fois la similitude avec mon travail sur toile m’a frappée.

Acrylique, encres de couleur, collage papiers, feutres Posca, stylo encre gel

50 x 100

En attendant Hiver, vous pouvez découvrir les saisons précédentes Printemps et Été

10×10 les cinq derniers

La série des 10×10 est terminée. J’ai eu du mal à faire la jonction avec les 5 précédents, j’ai donc retravaillé le dixième avant de commencer le onzième tableau. Finalement la série complète va au delà du minéral au végétal. Pour les derniers tableaux, le ciel et l’air se sont imposés comme allant de soi et ce n’est qu’une fois les quinze tableaux terminés que j’ai réalisé que le premier et le dernier formaient la boucle reliant l’ensemble des autres.

Une nouvelle fois je constate que la contrainte – ici le format imposé – me lasse vite. Pendant la réalisation de ces derniers 10×10, comme une nécessité, j’ai travaillé en parallèle pendant la période des vacances scolaires une grande toile, la nuit, à l’abri du tumulte des jours. La lumière n’était pas excellente, sans parler de la fatigue mais le plaisir de « lâcher » tout ce qu’imposait les petits formats m’a permis de finaliser cette série.

La lecture de chaque colonne se fait de bas en haut

Rendez vous début décembre pour l’exposition où j’espère pouvoir faire une photo de l’ensemble des quinze.

Petits tableaux, dyptique et pentaptyque exposés sur un mur

Voici quelques photos des derniers tableaux réalisés afin de vous donner un aperçu de leur taille. En haut, le diptyque « Au-dessus de l’eau et du ciel « dont vous pouvez voir les détails ICI et en dessous, cinq petits tableaux aux couleurs de l’automne. Le plus petit format 10 x 10 représente la taille de ceux que je m’apprête à travailler pour l’exposition prévu en décembre.

En préparation, les quinze tableaux 10 x 10. Comme souvent, j’ai collé des bouts de mes textes sur chaque petite toile. Bientôt, les premières couleurs et les esquisses. A suivre.

Au-dessus de l’eau et du ciel

Vue du ciel, le regard porté vers l’eau ( 19 x 24 )

Regard porté vers l’eau et le ciel (22 x 27)

Diptyque (vendu)

ou comment jouer avec deux petits formats pour leur donner une autre dimension

Avec ces deux petits formats, s’achève la période océanique. Les formats suivants (au nombre de cinq et de plus en plus petits) comme un appel de saison me rapproche de l’automne. A suivre…

Terre d’eau

Peinture acrylique, collage papier, feutres sur carton toilé

Format 38 x 55

Chaque détail à voir de plus prés en cliquant dessus

Deuxième tableau d’inspiration océanique. J’ai travaillé le fond, la couleur et les premiers traits pendant mes vacances sans chercher à y mettre un sens. Comme souvent j’ai laissé le mouvement faire le tableau. De retour chez moi j’ai poursuivi le travail et il m’a semblé évident que l’impact de l’océan restait très présent. J’y ai vu des fonds marins, ou tout du moins l’idée que je m’en fait. Mais une fois encore l’interprétation peut être multiple. A chacun de découvrir la sienne.