L’Arbre XIX

Acrylique, encres couleur sur papier

Format 50 x 70 cm

Des strates serties de terre
nos âmes en appui d’arbres
s’accordent au trajet des racines 
s’enlacent comme on engendre le monde
et frappées d’eurythmie
d’ardeur et de persévérance
de sève et de sang
s’abandonnent à la lumière 

L’arbre de Cyann

acrylique, encres couleur, crayons couleur sur papier

30 x 30 cm

Pour Cyann, ma petite-fille née prématurément le 18 mai dernier. Lorsque j’ai commencé à peindre ce tableau j’ignorais qu’il s’agissait d’une fille et ne savais pas encore son prénom. Pourtant il m’a paru évident que le bleu dominerait le fond du tableau. De la mer vers le ciel, l’arbre ancré sur notre Terre pour accueillir ce petit bout de 1,215 kg au prénom évocateur.

Le chant de la Terre IX

Acrylique, encres couleur sur toile

80 x 80 cm

Il y a longtemps que je n’avais pas travaillé un si grand format et le fait de peindre à plat et non sur chevalet m’a demandé un recul que je n’avais pas anticipé. Aussi, le temps consacré à cette toile a été long. J’ai pensé à la façon dont je conçois l’écriture. Ce premier jet de mots lâchés sur l’ordinateur (rarement sur le papier) sur lequel je passe ensuite de longs moments pour donner forme au texte. Chercher un mot, une phrase, le sens le plus juste à ce que je souhaite exprimer. Je traverse la même fragilité avec certains de mes tableaux, les mêmes hésitations face au choix d’une couleur, d’une forme. La mouvance d’une oeuvre est à l’image de l’existence, elle fluctue selon les états dans lesquels on se trouve. Aussi, quand bien même je ne doute plus de ma légitimité à créer, il persiste un moment de flottement avant d’oser dévoiler le travail sur lequel j’ai passé tant d’heures. Et puis ensuite tout cela n’a plus d’importance. Le tableau existe. Il est ce qu’il est. Et ce qu’il est, est bien.

Galerie peinture Le chant de la Terre à voir ICI

En passant les rivières

En passant les rivières
nos âmes traversées d’inquiétude en quête de racines
se sont repliées dans le secret de la terre 
fêlures fragiles s’armant de patience et de permanence
de branches d’orage
en rameaux d’étendues 
modelant l’eau le feu
l’air et la terre
nous irons dans le battement sourd du monde
écouter les galets rouler vers la mer
apprivoiser l’univers
et ce qui nous sépare comme autant ce qui nous lie


L’Arbre XV

Encres couleur sur papier

40 x 40 cm

Je vis dans une maison tumultueuse et heureuse. Mes grands enfants viennent, s’installent, repartent, selon les aléas de leur vie. C’est une maison où la pièce à vivre donne sur la cuisine où je travaille. J’ai toujours peint ainsi, même lorsque les enfants étaient petits. Je m’adapte au fait que la maison soit vivante. Cette semaine, pendant quelques heures on a fait de l’espace dans la cuisine (bancs, chaises et table repoussés dans le fond de la pièce) pour que Lucile en formation de danse dans la Drôme puisse répéter. (Dans la maison c’est l’endroit le plus facile où faire de l’espace.) Lucile a pu ainsi travailler sa chorégraphie en vue d’une représentation à Toulouse où elle était invitée. Il y avait la musique. Je peignais avec mes pinceaux, mes couleurs sur un coin de la table et Lucile dansait. Et chaque moment vécu était parfait.

A l’heure fauve

A l’heure fauve

Où s’affranchissent les turbulences

et s’étendent les branches en tissage séculaire

on rêve

on rêve de mousse et de sève

on rêve simples mortels

à l’orée de l’éternité

à hauteur de ciel

à hauteur de terre

tandis que s’éveillent les éphémères

et le chant discret de ceux qui veillent

Encres couleur, acrylique, pastel à l’huile sur papier

Format 30x40cm