Il était plus simple de frôler le monde, de glisser tout contre…

Peinture acrylique, peinture relief, collage papier, encres couleur,feutres Posca

Format 50 x 50

Avec le confinement d’une partie de la famille à la maison il est difficile de peindre comme je veux, alors j’ai cherché parmi mes anciens tableaux ceux qui pouvaient avoir une seconde vie et j’en ai trouvé quelques uns qui méritent aujourd’hui que je m’y attarde à nouveau. Pour celui-ci, j’ai retravaillé le fond avec des encres de couleur avant de laisser l’inspiration occuper la toile. Les heures passées dessus ont souvent été entrecoupées par l’interaction avec ceux qui m’entourent. Alors, je m’adapte. Tant que je peux continuer à créer, peu m’importe le tumulte ordinaire du quotidien, après tout il fait aussi partie de ma vie depuis un grand nombre d’années et en devient même extraordinaire par ces temps troublés. On mesure notre chance d’être ensemble.

Voyage V

« Je n’ai pas besoin d’aller plus loin. Maintenant je sais que je suis enfin arrivée au bout de mon voyage. C’est ici, et nulle part ailleurs. » JMG Le Clezio

Peinture acrylique, feutres Posca, stylo

Format 30 x 40

Détails du tableau

Le chant de la Terre – Voyage V- (deux tableaux en cours)

En ce moment je travaille simultanément sur deux tableaux. Le chant de la Terre et Voyage V, deux univers différents, deux manières de peindre, deux façons de traduire tout ce que j’entends et perçois de notre Terre. Je pense à la vie. Fourmillante, intense, généreuse. Je respire. J’oublie la toile.

Les couleurs, le mouvement, la pression du pinceau, le geste précis du trait, sont autant de tableaux à l’intérieur du tableau. Vivants.

Un plongeon dans le tourbillon de la création.

Le chant de la Terre (détails)

Voyage V (détails)

Le chant de la Terre

Le chant de la Terre : trois tableaux pour une écoute particulière de la Terre. Près de cinq ans après les avoir peints, comme une respiration nouvelle, l’envie de travailler à nouveau sur ce thème. A suivre…

Pour un meilleur aperçu de chaque tableau, cliquez sur les images

Le chant de la Terre I – II – III

Peinture acrylique, peinture relief

Format 80 x 80

Voyage IV

« Le vrai domicile de l’homme n’est pas une maison mais la route, et la vie elle-même est un voyage à faire à pied » Bruce Chartwin

Peinture acrylique,encre couleur, feutres aquarelle, Posca.

Format 40 x 50

Selon le sens donné au tableau, le voyage prend une autre forme

Hiver

chaque arbre a un esprit
aussi vaste que la forêt
chaque arbre nous rend
à nos plus profondes racines
là où tout est lié
dans le corps de la terre
dans la danse des atomes

Francine Hamelin

Peinture acrylique, collage papier, feutre posca, encres

Format 60 x 80

Texte tiré de « Parler avec les arbres » de Francine Hamelin du blog L’envers des jours . Merci infiniment Francine.

Hiver (travail en cours)

Hiver ou la dernière saison que j’aborde dans cette série des saisons est un peu à l’image de ces mois hivernaux. La nature en sommeil prend son temps, tout comme moi pour finaliser ce tableau. J’ai regardé la lumière, les couleurs qui tantôt palissent et tantôt réhaussent le jour. C’est une saison aux contrastes surprenants dans lesquels je lis une infinité de mondes à l’intérieur du monde. Une saison, ici, à la beauté discrète mais je l’imagine sans limites. Nul doute qu’elle va m’inspirer d’autres toiles.

Pour mieux voir les détails cliquez dessus

Voyage III

« ​Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux » M.Proust

Peinture acrylique, feutres, stylo

format 30 x 40

Détails du tableau

La cinquième saison

Acrylique, encres, feutres Posca

Format 30 x 40 cm

En attendant « Hiver » quatrième tableau sur les saisons, voici « La cinquième saison » idée qui me trottait dans la tête depuis un petit moment et que j’ai enfin concrétisé. Avec un petit hommage à l’album musical les cinq saisons du groupe québécois Harmonium qui a souvent accompagné cette peinture.

Exposition collective Cent Centimètres Carrés

Petit retour sur l’exposition collective à laquelle j’ai participé à Carla Bayle, village d’art situé en Ariège. Pour la saison 2019 nous étions 160 artistes amateurs ou professionnels à participer et à exposer entre 7 et 15 formats 10x10cm, soit plus de 2000 oeuvres exposées sur les murs de la galerie Le Philosophe.

Le vernissage a eu lieu le 7 décembre à 18 heures. Comme beaucoup de galeries et autres ateliers d’artistes, la galerie Le Philophe donne sur la place du village. J’y suis arrivée avec un bon quart d’heure de retard (la gestion du temps et moi c’est toute une histoire) et l’espace public était bondé de monde. En dépit du froid et de la nuit tombée, l’ambiance était très conviviale, festive même. Des musiciens jouaient près d’un grand buffet dressé sous une tente ouverte, dans le brouhaha incessant des enfants qui se couraient après et des gens qui entraient et sortaient de la galerie. Pour tout dire c’est la première exposition à laquelle j’assiste qui a généré autant de curieux en une soirée. Il a d’ailleurs été difficile de se frayer un chemin parmi la foule à la recherche de mes tableaux situés tout au fond de la galerie. J’ai pris le temps de découvrir chaque série exposée et la diversité des oeuvres proposées a conforté ma pensée de la richesse imaginative que nous déployons dans la création. On peut ne pas aimer certains styles, pourtant il y a souvent quelque chose qui m’émeut dans la recherche créative que je perçois dans les tableaux que je regarde.

En revanche, difficile de connaître le ressenti du public face à mes toiles, mais le temps que j’atteigne leur emplacement, deux d’entre elles avaient été vendues. Aussi sur la seule photo que j’ai, ne figurent que 13 tableaux sur les 15 exposés.

La grande surprise (et la joie tout aussi grande) fut de recevoir un mail le 20 décembre m’informant que j’avais vendu 8 tableaux et que si je le souhaitais je pouvais en réexpédier autant afin de compléter la colonne. A moins de pas avoir le choix (si tout est vendu il est convenu d’en exposer de nouveau jusqu’à la fin de l’exposition) je ne vais pas me lancer dans la réalisation de ces petits formats. Déjà, d’autres projets occupent ma tête… 🙂

L’exposition, toujours en cours, perdure jusqu’à la fin du mois de janvier.

En cliquant ICI vous accedez à la page FB de l’association Cent Centimètres Carrés. Les photos que vous y trouverez vous donneront une vision plus précise de cette exposition collective.

Au bord de la lumière

Acrylique, collage papier, feutres Posca

50 x 70

Pour mieux voir les détails cliquez dessus

« Peindre c’est écrire avec la lumière, affirmait Salva. Tu dois d’abord apprendre son alphabet puis sa grammaire. Alors seulement tu pourras maîtriser le style et la magie. » Carlos Ruiz Zafón. Mathilda

Voyage I

« Je voyage silencieux dans un monde sans bruits, et dont je garde en moi les couleurs, depuis ces jours de ma jeunesse. » Adrien Goetz – La dormeuse de Naples

Acrylique, feutres Posca, stylo

30 x 40

Détails du tableau

Merci pour le titre, Alma 🙂

Automne

La réalisation de ce tableau a suscité beaucoup de questionnements de ma part. Passer d’un format très petit comme les 10×10 travaillés précédemment à un format 50×100 a été à la fois libérateur et perturbateur. Si, au moment où je peins, des évidences voient le jour dans les couleurs placées à tel endroit ou dans les traits que je donne aux formes qui se dessinent, il y a quelquefois au fil des lignes que je trace, des hésitations ; cette idée de peu ou de trop qui me demande du recul et des pauses pour mieux saisir quand poursuivre ou quand m’arrêter. Cette assonance est fragile, à l’image de nos vies en mouvement, c’est une écoute particulière afin de trouver le bon équilibre entre ce que je tente d’exprimer sur la toile et ce que je suis. J’ai beaucoup pensé à l’écriture, à cet équilibre des mots auquel j’attache une grande importance et qui nécessite en permanence de la constance et une nouvelle fois la similitude avec mon travail sur toile m’a frappée.

Acrylique, encres de couleur, collage papiers, feutres Posca, stylo encre gel

50 x 100

En attendant Hiver, vous pouvez découvrir les saisons précédentes Printemps et Été

10×10 les cinq derniers

La série des 10×10 est terminée. J’ai eu du mal à faire la jonction avec les 5 précédents, j’ai donc retravaillé le dixième avant de commencer le onzième tableau. Finalement la série complète va au delà du minéral au végétal. Pour les derniers tableaux, le ciel et l’air se sont imposés comme allant de soi et ce n’est qu’une fois les quinze tableaux terminés que j’ai réalisé que le premier et le dernier formaient la boucle reliant l’ensemble des autres.

Une nouvelle fois je constate que la contrainte – ici le format imposé – me lasse vite. Pendant la réalisation de ces derniers 10×10, comme une nécessité, j’ai travaillé en parallèle pendant la période des vacances scolaires une grande toile, la nuit, à l’abri du tumulte des jours. La lumière n’était pas excellente, sans parler de la fatigue mais le plaisir de « lâcher » tout ce qu’imposait les petits formats m’a permis de finaliser cette série.

La lecture de chaque colonne se fait de bas en haut

Rendez vous début décembre pour l’exposition où j’espère pouvoir faire une photo de l’ensemble des quinze.

10×10 les 5 suivants

Dix tableaux sur les quinze sont terminés. Je ne suis pas tout à fait satisfaite de cette deuxième série. Je me rends compte que travailler sur des formats aussi petits limite la spontanéité que je privilégie habituellement. Je pourrais m’arrêter à ces dix petits tableaux car pour l’exposition il est demandé un minimum de sept tableaux. J’ai néanmoins envie de poursuivre l’expérience, avec les cinq derniers pour voir si le résultat final se tient. J’ai encore le temps de décider si ensuite je les présenterai tous ou si j’en privilégie que certains.

10 x 10 – les cinq premiers

Les cinq premiers 10 x 10 sur les quinze prévus sont terminés. J’ai privilégié l’encre de couleur avec quelques touches de peinture acrylique pour les fonds de couleur. Pour le graphisme, j’ai plus ou moins suivi les esquisses faites au préalable. Et même si je m’en éloigne au fil des petites toiles peintes l’important est de respecter l’idée principale et la progression que je souhaite donner au thème que j’ai décidé de travailler : De l’aquatique au végétal.